2016- Balade des Familles


Une fois de plus, le ciel était avec le Cycloclub de Marchin à l'occasion de l'organisation de la 2e édition de la "balade des familles". Zeus s'était pourtant déchaîné la nuit du samedi au dimanche, illuminant les cieux marchinois de ses éclairs et grondant de tous ses tonnerres, comme un possédé, causant l'un ou l'autre dégât au passage. Décidément, il a parfois du mal à se maîtriser. Heureusement, son épouse Héra le connaît. Et apparemment, elle sait y faire. Car Zeus se calme. Et un soleil radieux attend les petits dieux du vélo, qui se rassemblent dès 8h du matin au Panthéon qui est le leur, au café Ruelle.

Ils sont tous là. Sauf Ulysse, alias Jean-Marie, et sa tribu. Comme le veut la légende, il est en train de sillonner les côtes méditerranéennes. A la recherche de nouvelles destinations pour le club? Que nenni! Simplement pour son plaisir et celui de sa fidèle Pénélope, avec qui il partage ses jours et ses nuits depuis 30 ans.

Et aujourd'hui les petits dieux du vélo sont venus, non pas, comme les autres dimanches de la saison, pour gravir pour la nième fois l'Olympe. Ni pour défier Chronos. Non, cette fois-ci, plus simplement, pour partager un peu de temps et d'affection avec leurs déesses à eux, leurs nymphes, leurs géniteurs, tontons, frangins et rejetons, fils et filles de dieux, petits dieux eux-mêmes.

Après une brève allocution du dieu suprême, le cortège se met en route. A vélo de course, vélo de ville, vélo électrique ou VTT. Pour traverser les belles campagnes, qui sont les leurs. A se demander pourquoi Ulysse va chercher si loin, ce qui se trouve à portée de main, enfin, à quelques coups de pédale.

Le soleil se montre généreux. Mais dans le Domaine sur-les-Sarts, Dionysos et son alter ego Bacchus, sont tout aussi généreux et accueillent les voyageurs avec des breuvages du terroir aussi délicieux que les mises en bouche qui les accompagnent. De quoi cal(m)er les estomacs jusqu'au retour au Panthéon.

Ici, d'autres compagnons du bien boire les attendent ou les rejoignent. Parmi eux, Barbekusos, encore inconnu des Grecs, mais ô combien important. Il n'arrête pas de griller des morceaux de boeuf, de porc et de mouton, toutes bêtes qui lui ont été sacrifiées à l'occasion.

La bonne humeur et la simplicité règnent, la chaleur et les rires dominent.

Une fête familiale, comme on l'avait annoncé, et somme toute on ne peut plus "humaine". D'ailleurs, sincèrement, vous y croyez, vous, aux dieux?

Manfred, pour le Cycloclub de Marchin
vélomarchin.be